Spécisme/Racisme/Sexisme/Homophobie : Récit d’un après-midi bizarre dans le monde de l’élevage

L’idée de ce billet est de vous narrer le plus objectivement possible les évènements qui se sont passés dans l’après-midi du 13 Janvier 2018 à Lausanne, devant l’entrée de SwissExpo.

J’ai rejoint avec des amies le Palais Beaulieu au centre de Lausanne, où se tient l’évènement annuel de SwissExpo, grande démonstration des éleveurs de Suisse, en quête de faire des concours des plus belles bêtes, de discuter et d’échanger du savoir faire au sujet de l’élevage.

Le but pour moi n’étant pas d’aller visiter ce salon, mais de rejoindre les rangs de PEA, (Pour l’Egalité Animale), une association antispéciste Suisse Romande qui a monté, depuis plusieurs années, une manifestation ironique et satirique devant ce salon.

C’est avec des slogans humoristiques et ironiques comme « Finir à l’abattoir c’est Bonnard » ou « Les femmes aux fourneaux, les animaux au frigo » que je me suis retrouvé avec une soixantaine de militant.e.s antispécistes devant l’un des spectacles les plus affligeants que je n’ai jamais vu jusqu’alors.

SPECISTE, ANIMALISTE, MANIFESTANT, MANIFESTATION, ANIMAUX,

Dès notre arrivée, nous avions visiblement un comité de bienvenue, avec une bonne centaine d’éleveurs, chauffés à blanc (ou au blanc, comme vous voulez, mais j’y reviendrais…).

Dès le départ du discours et des slogans, nous avons essuyé des insultes ouvertement sexistes, homophobes, racistes, et des actes de violences physiques comme des arrachages de pancartes, des crachats, des jets d’objets de toute sorte (briquets, bouteilles…) des seaux d’eaux, et même des coups de balais.

Il faut dire que la situation était fort simple à décrire : nous étions encerclés. C’est grâce à l’arrivée de policiers supplémentaires, et surtout le fait que nous n’avions pas réagi à leurs provocations puériles que la situation s’est détendue.

S’en est suivi durant une heure, jusqu’à la fin de la manifestation, une tension palpable entre les éleveurs et les antispécistes, séparés par une dizaine de policiers, remettant parfois l’ordre lorsque les rangs se rapprochaient un peu trop.

C’est donc à 15h30, sous un tonnerre de huées et d’autres doigts d’honneurs et insultes, que nous sommes tous repartis, d’un bloc, tous ensemble, pour aller débriefer, dans un coin plus calme, les évènements que nous venions de vivre.

Alors, qu’est ce qu’on y a vu au final ?

Personnellement, j’y ai vu une situation symptomatique d’un monde agricole à l’agonie, nous prenant pour des boucs émissaires, un gigantesque cliché : des gens, presque exclusivement des hommes, avec pour certains une ivresse manifeste, se réfugiant dans la violence, dans les insultes, et dans la volonté de ne pas vouloir discuter.

Un fait m’a d’ailleurs frappé, c’est que systématiquement, ce sont des militantes qui ont été la cible des moqueries, des insultes et des arrachages de pancarte, à croire que la virilité des éleveurs avait été mise à rude épreuve.

Mais j’y ai aussi vu des gens en souffrance, des gens qui se crèvent la santé pour élever des animaux, pour les envoyer à l’abattoir, le tout dans un système qui les broie, les étreint et les tue aussi. C’est un fait, les éleveurs qui se suicident en Suisse Romande ne se tuent pas à cause des antispécistes, alors pourquoi nous détester nous en particulier…

Alors la question de fin est simple :  Qu’en est-il, dans la démonstration de « cékikalaplugrosse » d’hier, du fameux bon sens paysan ? Le spectacle qu’il nous a été donné de vivre hier me fait peur, car il va bien falloir un jour que nous puissions travailler ensemble à trouver une solution, à s’asseoir à une table, entre personnes responsables !

D’aucuns nous reprocherons d’être un groupe de bobos qui ne savent rien faire d’autre qu’emmerder le monde. Je propose une autre version qui me semble plus juste :

Nous étions de 18 à 77 ans dans ce groupe, des hommes, des femmes, de toutes les couleurs, de toutes les origines sociales et de toutes les nationalités, nous représentions la société civile dans son ensemble !

Et nous étions face à une majorité d’hommes, tous issus des mêmes conditions sociales, alcoolisés, et violents (verbalement et physiquement).

J’encourage toutes ces personnes qui ont manifesté de la haine envers les antispécistes hier de réfléchir sincèrement aux alternatives potentielles à un monde spéciste, qui tue les animaux, mais qui met à mal chaque jour aussi le quotidien du monde agricole !

C’est aussi car votre humble serviteur, qui écrit ses lignes, vient d’un milieu rural, et est petit-fils de quatre grands-parents tous des anciens éleveurs. J’ai entrevu (au moins un peu) les dures réalités de la campagne durant mon enfance, et c’est aussi par un profond respect envers le monde paysan que j’encourage celui-ci à envisager sérieusement la question de l’antispécisme.

C’est avec un peu de tristesse que je referme ce billet, car j’ai aussi peur que l’image tellement affligeante que les éleveurs se sont donné eux même hier, en plus de leur manifeste étroitesse d’esprit, forgée par des années de dur labeur dans un système qui broie les gens comme les animaux, ne feront que retarder ce moment où nous cesserons de tuer sans nécessité.

Mais vraiment, nous sommes en 2018, alors envisageons tous ensemble de trouver des solutions pour que les animaux cessent d’être considérés comme des biens, et une source de revenus financiers, le jeu en vaut la chandelle, genre…. vraiment !

Crédits photos :

Keystone/Cyril Zingaro

3 commentaires sur “Spécisme/Racisme/Sexisme/Homophobie : Récit d’un après-midi bizarre dans le monde de l’élevage

  1. Bonjour,
    Je suis désolé mais votre petit récit me désole. Ce que vous n’avez pas pris en compte c’est que cette journée était une foire, une fête pour ces éleveurs. C’est totalement normal que ces personnes ouvrent quelques bouteilles pour se rassembler. Mais sérieusement, vous pouvez faire autrememt pour faire passer votre message que d’aller au « front » et les faire (désolé du terme) chier ainsi. De plus, je suis certain que vous savez que ces bêtes ne sont pas mal traitées. Elles sont d’ailleurs chouchoutées et les éleveurs les adorent. Leur mort n’est pas atroce et est rapide. La bête n’a pas le temps de souffrir. Enfin, pourquoi vous expliquer cela vu que vous le savez. Cela ne me dérange pas que vous ne mangez pas de viande. Mais cette fois c’est à vous de réfléchir. Arrêtez de débarquer n’importe où avec vos slogans et pancartes et laissez les gens tranquille. Et si vous ne le faite pas, ne vous étonnez pas de vous faire mal recevoir. Choisissez un autre moyen pour faire passer votre message !

    Cordialement,

    Une personne qui n’est ni vegan, ni éleveur, qui se nourrit comme il le souhaite sans emmerder le monde.
    (P.s. je n’attend aucune réponse car cela est un débat sans fin avec vos idées fermées)

    J'aime

  2. Je trouve ce passage particulièrement intéressant : « Mais j’y ai aussi vu des gens en souffrance, des gens qui se crèvent la santé pour élever des animaux, pour les envoyer à l’abattoir, le tout dans un système qui les broie, les étreint et les tue aussi. C’est un fait, les éleveurs qui se suicident en Suisse Romande ne se tuent pas à cause des antispécistes, alors pourquoi nous détester nous en particulier… »… Dans le cadre de mes études j’ai échangé avec des éleveurs et dans les entretiens, ce qui ressortait finalement, c’est que le végétarisme, l’antispécisme etc, ce sont des « gouttes d’eau » difficile à encaisser en plus de tout le reste. Parce que souvent tout ce à quoi s’accrocher quand ça va mal, c’est le sentiment de faire quelque chose d’utile, de nourrir les gens de maintenir un lien avec les animaux etc. Et nous on vient mettre à mal tout ça… Or c’est plus facile de s’attaquer à la goutte d’eau qu’au système qui est à l’origine de leurs situation parfois dramatiques

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s