« A Shogun named Markus »

Parce que mon groupe de musique favori a réellement écrit une chanson nommée ainsi, qu’un shogun est la traduction de « grand général pacificateur des barbares » (…merci wiki), et surtout parce que les récents évènements liés à l’antispécisme déplacent les lignes, je me suis dit que cela était une belle occasion et aussi la moindre des choses d’écrire un court billet de soutien au travail effectué par l’auteure du livre intitulé « Industrie laitière : une plaie ouverte à suturer ? ».

La nouvelle est tombée ce lundi 29 janvier, c’était en 5e page du 20minutes : une certaine Virginia Markus a perdu sa place de travail à cause de son militantisme et de son activisme antispéciste. Si j’écris ce petit billet, c’est pour signifier toute ma sympathie et ma compassion pour cette personne et aussi pour répondre aux critiques qui s’acharnent contre elle, et ses idées (d’ailleurs, j’enfonce une porte ouverte mais, lire les commentaires sur les journaux et autres réseaux sociaux est décidément une très mauvaise activité pour garder son objectivité et sa santé mentale intacte.).

Remontons en arrière : Il y a quelques mois de cela, aux Éditions L’Age d’Homme est sorti le premier livre de Virginia, un livre abondamment sourcé et gavé en références bibliographiques.

industrie-laitière-suisse-virginia-markus-368x600

Non contente de simplement dresser une synthèse précise et complète de la situation de l’industrie laitière, elle s’est aussi essayée à présenter des solutions, des alternatives, et des pistes de réflexions pour que chacun.e d’entre nous puissions nous positionner sur la question de l’antispécisme.

De plus, nous avons eu la chance que ces questions soient amenées sur les radios et les écrans de télévision. Des émissions comme Infrarouge, des débats sur les télévisions locales, et même des émissions humoristiques comme le 26 minutes, ont su traiter le sujet de l’antispécisme de manière plutôt productive.

Qu’est ce qui a pu être observé lorsque l’on fait la somme de toutes les interventions écrites et orales de Virginia Markus, de ses consœurs et confrères, en comparaison aux interventions de ses éventuel.le.s opposant.e.s ?

Image1

…A chaque fois, les arguments de la justice, du bien fondé de la désobéissance civile, de la morale, de l’éthique, du bon sens étaient dans le camp de l’antispécisme. Malheureusement, j’ai eu beau regarder plusieurs fois ces émissions, le spécisme botte systématiquement en touche, et je mets au défi n’importe qui de venir en apporter une seule preuve contradictoire.

Le spécisme étant de plus en plus mis en « position latérale de sécurité », celui-ci commence à réagir de plus en plus fermement aux attaques, ce sont des militantes et des militants qui se retrouvent mis.e.s en difficulté, en recevant des attaques ad-hominem, des condamnations, des pertes d’emplois, des menaces, des ridiculisations, et j’en passe, par l’unique prétexte que tuer un animal sans nécessité n’est pas et ne sera jamais justifiable moralement.

Si l’on regarde attentivement les différents combats et actions de désobéissance civile passés, des Suffragettes, aux combats des personnes racisées, ce genre de réaction de vouloir faire taire les activistes ne fait que renforcer les activistes dans leurs idées. De manière générale, lire ce genre de nouvelles dans le 20minutes, un lundi de bon matin, ne fait que nous renforcer dans notre intime conviction. Et c’est bien celle que l’antispécisme a de l’avenir, parce qu’il est cohérent et surtout qu’il est juste.

Et un jour, par le combat comme celui mené par Virginia Markus et bien d’autres, les droits fondamentaux des animaux non humains seront pris en compte et respectés par toute la société.

Alors un grand merci à toutes les personnes spécistes nous ayant offert ces moments de spectacle merveilleusement incroyables, ces odes au malaise remplies de non-sens et d’aberrations argumentatives.

Mais surtout un immense merci à elle, et à tou.te.s les autres activistes et militant.e.s anonymes dont le nombre augmente chaque jour, l’année dernière, il y avait 30 personnes devant SwissExpo, cette année, nous étions 60, l’année prochaine, nous serons 120. Sachez qu’il est fort probable que nous ne lâchions rien, pas même un pouce de terrain. Regarder un animal droit dans les yeux, et l’imaginer mort, juste pour quelques instants de plaisir, …tout cet abject et morbide spectacle appartiendra un jour au passé, ce n’est qu’une question de temps.

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à (re-)regarder ces débats, et considérez sincèrement les arguments et les conséquences liées à l’antispécisme, aussi, n’hésitez pas à acheter et surtout à lire le livre de Virginia Markus, trouvable assez facilement sur les internets ou dans les librairies :

crédits photos : le temps.ch et collection-v.com

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s